À Plomb'

Fondée en avril 2019 par des artistes plasticien.nes, À Plomb’ rassemble des artistes, chorégraphes et artisan.e.s  dans un espace de production commun. Elle mutualise des réseaux ainsi que des compétences artistiques, techniques et théoriques au sein d’un atelier évolutif, fluctuant au regard du temps en fonction des besoins et des envies. Celui-ci a été entièrement pensé et construit sous l’angle du partage de connaissances et de savoir-faire en favorisant l’utilisation de matériaux issus du ré-emploi.
 
Sensibles aux réflexions collectives qui nourrissent le faire-ensemble, À Plomb’ est devenu un laboratoire, un terrain de jeu, de rencontres et de transmissions, un lieu d’archive, un foyer, un espace de fête, d’exposition et de faire. Un lieu ayant comme carburant l’échange de savoirs, l’émergence d’idées ainsi que leurs réalisations.
 
À toute heure du jour et de la nuit, l’atelier tend à être poreux aux autres et aux usages.
 

Adravasti ‣ Matthieu Bertéa ‣ Claire Camous ‣ Elio Libaude ‣ Thomas Molles ‣ Félix Neumann ‣ Émilie Rossi ‣ Héloïse Touraille

association.aplomb@gmail.com

Le Bureau des guides invite à marcher là où on ne randonne habituellement pas : en zone urbaine et périurbaine. Il propose d’observer et de rencontrer ce qui fait l’existence complexe d’un territoire : ses paysages contrastés, ses habitants, leurs mémoires et leurs usages, les histoires multiples de sa géographie, ses flux et ses circulations mais aussi ses frontières, visibles ou invisibles…

L’équipe travaille à poursuivre et à développer l’aventure du sentier du GR2013 en proposant :

  • la marche en milieu périurbain
  • l’exploration artistique du territoire
  • l’arpentage qui permet la connaissance profonde et éprouvée des territoires
  • le récit comme possible socle du geste constructeur et aménageur

Son champ d’actions relie plusieurs grands domaines : l’aménagement (urbain et écologique), la création contemporaine, la culture et le tourisme.

contact@gr2013.fr
Previous
Next

Notre association Cabanon Vertical tend à promouvoir une fabrique de la ville incluante et valorisante du lien social. Nos réalisations développent des scénographies urbaines suscitant l’imaginaire, à portée tant artistique que fonctionnelle. Nous élaborons des installations hybrides à but de questionner l’espace public et de préfigurer des usages, vecteurs de convivialité.
Le Cabanon Vertical a développé de nouvelles méthodes de projet, dont la démarche importe autant que le résultat, en intégrant la population locale dans le processus. La mobilisation d’outils issus tant de l’architecture et de l’urbanisme que des arts plastiques et de la concertation sociale lui permet d’élaborer des actions in situ, comme l’animation d’ateliers participatifs, la réalisation d’actions transitoires à échelle 1, l’expérience de la rencontre par la concertation, des chantiers pédagogiques …

Notre association se compose d’une équipe collaborative réunissant deux architectes, une administratrice, un artiste associé et trois constructeurs expérimentés.

Cette pluridisciplinarité nous permet de conjuguer nos regards et nos capacités professionnelles avec innovation et pragmatisme, et de pratiquer une architecture envisagée comme un territoire expérimental dont les formes s’ouvrent aux usages et à l’appropriation d’un lieu.

contact@cabanonvertical.com
Previous
Next

Le Collectif ETC souhaite interroger par la pratique le métier d’architecte, sa posture et son rôle dans l’organisation verticale des acteurs qui produisent la ville. Pour les membres du Collectif, il s’agit de s’immiscer dans cette structure verticale afin de réinvestir le projet architectural dans ses dimensions sociale et culturelle en s’intéressant à la place des usagers dans les projets de transformation urbaine, d’espaces publics et la construction de lieux à vocation collective.

Pour cela le Collectif Etc a développé des outils expérimentaux tels que l’urbanisme tactique, le chantier ouvert, la construction de micro-architectures temporaires… Ces outils inclusifs permettent de créer des moments exceptionnels de travail, de rencontre, d’échange et de convivialité permettant à tous les intéressés de trouver une place dans le processus créatif et constructif.

L’objet et l’intérêt de ces expérimentations n’est pas seulement dans leur résultat, mais surtout dans le processus qui le génère et dans le nouvel environnement et les nouveaux comportements qu’il engendre.

contact@collectifetc.com
Previous
Next

La Cale

La Cale est une association créée au sein des 8 Pillards.
Elle regroupe des artisans, des menuisiers et des ébénistes autour du travail du bois.

Iels partagent un atelier collectif et autogéré ayant pour but de mettre en avant ce matériau noble et brut et d’en faciliter l’accès et sa maitrise.

latelierlacale@gmail.com
Previous
Next

Point de convergence d’un réseau d’artisans, de techniciens et d’artistes, collaborant de manière complémentaire et transversale, FAIRE mutualise de multiples compétences (design d’espaces, d’objets et de meubles, design textile, métallurgie, ébénisterie, vidéo, photographie, graphisme, peinture, dessin, écriture, motion design, mise en lumière, scénographie, etc.).
En s’équipant d’un risographe, F.A.I.R.E a aussi lancé, en toute modestie, sa petite imprimerie : F.A.I.R.E Impression. La risographie est proche d’une sérigraphie automatisée. Le principe est simple, mécanique, et permet d’en faire un outil créatif, en jouant avec la texture du papier et celle des encres.

Notre créativité et nos savoir-faire se conjuguent au pluriel pour concevoir, réaliser et construire en apportant des solutions à la mise en œuvre de projets.

fabrikafaire@gmail.com
F.A.I.R.E Impression
Previous
Next

Le groupe artistique Les Pas Perdus, constitué d’artistes français et sud-africains, s’inscrit dans un mouvement d’art (contemporain) collaboratif. Natif d’Afrique du Sud et originaire de l’Ile Maurice, Guy-André Lagesse est l’initiateur de ce collectif constitué de Jérôme Rigaut (Lens), Nicolas Barthélemy (Paris) et Doung Anwar Jahangeer (Durban), qui expérimente un terrain délicat : celui de l’extravagance des modestes dans leur pratique de l’élégance à partir de l’ordinaire des jours.
Ils croisent et confrontent la variété des esthétiques par goût des contrastes.

L’hétérogénéité, comme principe même de dépassement des frontières et la conscience de l’altérité entrainent ainsi la réalisation d’un art collaboratif, politique, de belle humeur.
Un élan déraisonnable pousse le groupuscule à réunir des personnes «occasionnels de l’art» ainsi que des matières et des objets de prime abord disjoints. Comme l’observe Frédéric Valabrègue « toutes les matières sont assemblées, brassées, mixées de façon dionysiaques : ensemble, ils mélangent tout à l’excès jusqu’à marier la Foire du Trône à la Documenta ».

lespasperdus@wanadoo.fr
Previous
Next

Angela Freres

« Je cherche des formes, des motifs anodins, qui ne rentrent dans aucunes catégories (géométrique, expressive, abstraite, conceptuelle, burlesque, figurative, gestuelle, etc), dans aucun système de lecture, parce qu’ils les traversent tous un peu. Avec ça, je construits un espace pictural, une zone où, dans le meilleur des cas, il y aurait un peu de complexité à regarder.
Désirer, fabriquer, bricoler, et regarder des formes simples dans un espace défini et poreux, dans un espace de peinture déguisé en esquisse.

Je travaille avec l’utilité de l’inutilité, avec l’envie de fabriquer une forme d’art sans message, dont le seul enjeu est d’arriver à prendre place, à exister malgré tout.
Le principe en est simple : la peinture est une zone expérimentale. Avec des presque-rien, je voudrais donner un sentiment d’espace et de circulation. Avec ces je-ne-sais-quoi, je voudrais voir ce qui prend forme dans la cohabitation et le mélange. Pour le reste, on verra plus tard.»

Angela Freres vit entre Marseille et La Seyne-sur-Mer où elle enseigne l’Histoire de l’art.

angelafreres75@gmail.com
Previous
Next

En physique comme dans le domaine philosophique ou sportif, on parle volontiers de principe d’incertitude, tel une loi qui régirait l’imprévisible ou le risque à venir, déjouant paramètres et stratégies, et en face duquel tout événement ou issue peut arriver. Si ce principe pourrait éclairer et évoquer la posture de Jérémy Laffon en tant qu’artiste, c’est parce que sa production mêle ce jeu constant entre défis, contraintes et indétermination du résultat, contre-emplois et temporalités en suspens ou qui se diffèrent. (Frédéric Emprou, 2021)

Diplômé de L’Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Marseille depuis 2007, Jérémy Laffon expose depuis en France dans diverses institutions et centres d’art (au FRAC Poitou-Charente à Angoulême, au Centre d’Art Contemporain de Meymac, au FRAC PACA à Marseille, à la Maison des Arts Georges Pompidou à Cajarc, au Volume à Vern-sur-Seiche, au CAIRN à Digne, au Centre Pompidou à Paris, à l’Espace de l’Art Concret à Mouans-Sartoux, lors de la biennale d’art contemporain de Bourges, au BBB à Toulouse, au LAIT à Albi, à l’Ecole d’art de Strasbourg, etc)

Ainsi que dans diverses galeries et associations (galerie de la SCEP, Vidéochroniques, HLM-Hors les Murs et la GAD à Marseille, appartement-galerie Interface à Dijon, la galerie de Vitry-sur-Seine, l’Atelier Éphémère à Chelles, l’Abbaye – Espace d’art contemporain à Annecy-le- Vieux, AFIAC à Saint-Paul Cap de Joux, galerie LAC&S / La Vitrine à Limoges, Abbaye de Coat Malouen à Kerpert, Art Mandat à Barjols, le Garage à Lorgues, galerie Isabelle Gounod et Les filles du Calvaire à Paris, etc), mais aussi à New York, à Londres et à Busan (Corée du Sud).

Ses oeuvres font partie de collections publiques ou privées (FRAC Provence-Alpes Côte d’Azur, FRAC Nouvelle-Aquitaine-Limousin, FRAC Pays-de la Loire, Artothèque de Strasbourg et du Limousin, Fonds Communal d’Art Contemporain de la Ville de Marseille, Fonds Départemental des Bouches-du-Rhône, Musée Gassendi, Fondation François Schneider) Lauréat des Prix Mécènes du Sud (2013) et Talents Contemporains 2014 (Fondation François Schneider).

jeremy.laffon@gmail.com
Previous
Next

comment elles font
comment les choses se meuvent
comment les personnes agissent
comment les langues dansent
comment les histoires se tissent
comment les paroles résonnent
comment les places se plissent
comment les collectivités se forgent
comment les attitudes deviennent des formes
comment les natures chantent
comment les cultures ruminent
comment les rues se tracent
comment les intuitions s’aiguisent
comment les mers se composent de fleuves qui ne sont jamais les mêmes
comment les espèces se fondent
comment les étiques se parlent
comment les rumeurs vivent
comment les voix s’entendent
comment les différences se déclarent
comment les planètes chutent
comment les villes respirent
comment les particules deviennent des ondes
comment les ondes deviennent des choses
comment les lectures fermentent
comment elles font

ahramou@gmail.com
Previous
Next

Catherine Melin vit et travaille à Marseille.
Elle est enseignante de dessin à l’École Supérieure d’Art d’Aix-en-Provence depuis 2017.
Elle est diplômée de l’Ecole nationale Supérieure d’Arts Plastiques, ENSBA, Paris (1994), de l’Art Institut, Chicago, USA (1993) et d’une licence d’Arts Plastiques, Université Paris VIII (1990). Lauréate du Prix Drawing Now 2011, lors du Salon du dessin contemporain – Drawing Now Paris 2011 au Carrousel du Louvre. Elle a travaillé à l’étranger en résidence à plusieurs reprises, en Argentine, Ecosse, Canada, Chine, en Russie, en Espagne.
Elle est représentée par la Galerie Isabelle Gounod à Paris.

catherinemelin@free.fr
Previous
Next

Né en 1963, vit et travaille à Marseille.
Plasticien de formation (Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique)

A exposé sous le pseudo de Francis R. de 1989 à 2008 des installations/sculptures/dessins en France et à l’étranger.
Parallèlement il a commencé en 2000 à travailler avec des compagnies de théâtre en tant que scénographe et en a fait son activité principale.
Il a collaboré entre autres avec Edith Amsellem (ERd’O Cie), Eva Doumbia (Cie La Part du Pauvre), Franck Dimech (Théâtre de Ajmer), le Bureau des Guides du GR2013, Anne Marina Pleis (Théâtre Vingt sept), Pontier, Kasparian, Bertolina (Art Temps Réel), Christophe Chave (Cie Les gens d’en face), Laurence Janner (Badaboum Théâtre), Laurent de Richmond (Soleil Vert), Stephane Arcas…Dernière création « Virginia à la bibliothèque » Erd’O Cie.

Depuis 2008 il est sculpteur pour le Festival International d’Art Lyrique d’Aix-en-Provence. Dernière création : réalisation d’une maquette/décor pour « Tosca » de Puccini mise en scène par Christophe Honoré pour l’édition 2019 du Festival Lyrique d’Aix-en-Provence.
Contrebassiste et compositeur, il a co-fondé le groupe « Attendez » en 1995 puis le trio rock instrumental « BABYCART ». Il a travaillé également sur plusieurs projets sonores avec Milk Cult, Nicolas Dick, ERd’O Cie, Jaro…Un projet d’enregistrement en duo actuellement en cours avec Nicolas Dick.
Depuis 2016 il travaille avec Olivier Grossetête sur ses structures monumentales en carton.

Previous
Next

Les 8 Pillards

Usine Pillard
15, rue des Frères Cubeddu – 13014 Marseille

M2 National ▴ T3 Arenc
Bus 89 – 31 – 32 – 33 – 34 – 72
Parking accessible sur place